Trouver un expert en phytoépuration près de chez vous.
Étude et réalisation de l’assainissement

Étude et réalisation de l’assainissement

Toutes les réponses à vos questions sur l’assainissement et la phytoépuration.

Quelle est la profondeur d’un Jardin d’Assainissement

Le filtre à roseaux est rempli de 60 cm de granulats. La chute (hauteur entre le bas de la canalisation d’arrivée et les granulats) est de 20 cm minimum.

Le filtre à plantes aquatiques est rempli de 40 cm de granulats. La chute est de 10 cm.

Faut-il couper des arbres ?

Il peut être nécessaire de couper les arbres qui gêneraient le passage des canalisations ou l’implantation du système. Il n’y a pas d’arbres dans un périmètre de 3 mètres minimum autour du Jardin d’Assainissement.

D’où proviennent les matériaux ?

Le kit de pièces est expédié depuis la plateforme logistique d’Aquatiris, située au siège social à Bréal-sous-Montfort (35). Les pièces en plastique rotomoulé (postes de relevage, bacs, répartiteurs, regards) sont fabriqués à Dol-de-Bretagne (35), à moins de 100 kilomètres de la plateforme logistique. L’approvisionnement en granulats se fait au plus près de chez vous, dans une carrière locale.

Puis-je l’installer moi-même, en auto-construction ?

La réalisation d’un Jardin d’Assainissement Aquatiris en auto-construction est soumiseà conditions. Le suivi par un professionnel Aquatiris est obligatoire (3 visites minimum) ainsi que l’achat des pièces composant le système auprès d’Aquatiris.

L’économie est surtout réalisée sur le coût de la main d’œuvre.

Qui procède à l’installation de l’assainissement ?

Chaque expert Aquatiris vous accompagne localement de l’étude à la réalisation et peut faire appel à son réseau local d’installateurs ou procéder lui-même à la réalisation.

Il vous est également possible d’installer vous-même votre assainissement en auto-construction. Dans ce cas-là, nous vous fournirons toutes les documentations et vous accompagnerons avec visites sur le chantier.

Quelle place prend un Jardin d’Assainissement Aquatiris ?

Le Jardin d’Assainissement Aquatiris nécessite seulement 10m² par filtre (soit environ 25 m² en tout).
En revanche, la zone de rejet sera dimensionnée en fonction des capacités du sol à infiltrer l’eau.

J'ai un sol argileux, c'est un problème?

Non, les filtres plantés sont réalisés sans utilisation du sol en place.

Donc que le sol soit argileux, limoneux ou sableux peu importe.

Si le sol ne permet pas d’infiltrer les eaux usées traitées, elles seront évacuées par un autre moyen : rejet au fossé, au cours d’eau, au réseau eaux pluviales, etc.

Faut-il un terrain en pente pour que ça marche ?

Les Jardins d’Assainissement s’adaptent à tous les terrains.

Question pente, il est préférable d’avoir un dénivelé de plus d’un mètre.

Si ce n’est pas le cas, nous équipons notre installation d’une pompe de relevage.

Doit-on faire une étude de sol avant l’installation de l’assainissement ?

L’installation d’un assainissement individuel requiert une étude de sol. Cette étude est réalisée par votre expert local Aquatiris ou un Bureau d’Études Généraliste.

L’étude de sol pour l’assainissement comporte plusieurs éléments :

  • Etude de sol (géologie du sol sous-jacent, texture du sol, profondeur de sol, présence de roche, saturation permanente ou ponctuelle en eau, test de perméabilité, etc.)
  • Etude de l’environnement (fossés, cours d’eau, captages d’eau, zone inondable, zone sensible, etc.) et des autres contraintes possibles (accès à la parcelle, ouvrages ou réseaux enterrés gênants, etc.)
  • Définition, dimensionnement et implantation du Jardin d’Assainissement
  • Définition, dimensionnement et implantation (le cas échéant) du moyen d’évacuation des eaux usées traitées
  • Plans du projet d’assainissement

En conservant ma fosse septique, peut-on installer une phytoépuration ?

Il existe effectivement des filières plantées conservant une fosse en prétraitement. Aquatiris ne souhaite plus utiliser ces installations pour plusieurs raisons.

Tout d’abord les performances et la durabilité d’une telle installation sont nettement moindres que lorsque les effluents sont prétraités directement sur les filtres plantés. En effet, les eaux usées séjournent dans un espace confiné anaérobie (sans oxygène), ce qui les rend septiques et difficiles à traiter.

De plus, on ne supprime pas l’inconvénient majeur des filières classiques : la fosse ! Et oui c’est elle qui est responsable des boues secondaires qu’il faut traiter en station d’épuration. Savez-vous qu’une station d’épuration ne peut pas accueillir plus de 2 camions vidangeurs par jour ? Au-delà la station se retrouve asphyxiée et de lourdes démarches consommatrices d’électricité doivent être entreprises pour redémarrer la station (aération intensive). Les boues de fosse, appelée “matières de vidange” dans le vocabulaire de l’assainissement, sont un gros problème pour les collectivités. Pour les traiter, des stations spécifiques verront le jour, peut-être près de chez vous … Des idées sont recherchées du côté de … la phytoépuration : ce sont encore les plantes que l’on sollicite, essentiellement avec des saulaies en taillis à très courte rotation (TTCR).